Par un communiqué conjoint du Ministère de la Justice, du Ministère de l’Administration du territoire
et de la décentralisation ainsi que du ministère des Finances rendu public au journal télévisé de la
RTG en date du 28 octobre 2019, la société Qnet International (Qnet) a pris connaissance de la
décision du Gouvernement guinéen d’interdire son activité sur l’ensemble du territoire.
Cette interdiction fait suite à l’arrestation de centaines de personnes ressortissants de pays
étrangers, notamment du Sénégal, de la Guinée Bissau, de la Gambie, du Burkina Faso et du Mali.
Qnet prend acte de la décision des autorités guinéennes, mais par ailleurs elle reste persuadée que
les enquêtes en cours permettront de clarifier la situation et de lever les équivoques, amalgames et
confusions autour de son activité de vente directe par réseau.
En effet, à la lumière de la déclaration faite par les autorités guinéennes, Qnet note qu’il est fait un
amalgame entre son activité de vente directe par réseau et d’autres activités criminelles en
lesquelles elle ne se reconnaît ni de près ni de loin.
En conséquence, par le présent communiqué elle souhaite dissiper toute confusion en apportant les
précisions qui suivent :

1) QNET n’est ni une entreprise de placement d’argent, ni un plan d’investissement. Depuis
plus de 21 ans, à travers son activité de vente directe par réseau, Qnet propose une large
gamme de produits de bien être, de style de vie et de joaillerie de luxe parmi tant d’autres.
Elle met ses produits à la disposition de ses représentants indépendants qui en sont les
consommateurs. Ces derniers en font également la promotion et sont rémunérés sur la base
de leurs performances. Ce modèle commercial est appelé vente directe par réseau.

2) Il convient de préciser que les sommes déboursées par les représentants indépendants
servent exclusivement à l’achat de produits dont ils peuvent faire un usage personnel ou les
revendre. Par ailleurs, les représentants indépendants qui le souhaitent peuvent tirer profit
du plan de rémunération de Qnet en faisant régulièrement la promotion de ses produits.

3) La société QNET offre, non pas des emplois, mais plutôt des « opportunité d’affaires » à
toute personnes d’âge adulte qui après un achat dit ‘’qualifiant’’ devient un représentant
indépendant.
Ce représentant indépendant correspond d’un point de vue pratique à un commercial
indépendant non salarié (car n’étant pas employé par Qnet) dont la rémunération est faite
sur la base de performances réalisées dans le cadre de l’activité de vente directe par réseau.
Ces Représentants Indépendants (RI) sont des entrepreneurs autonomes qui exercent
librement leur activité qui consiste à recommander les produits de QNET. A cet effet, ils
perçoivent une commission sur les achats effectués et s’évertuent à s’adresser
au plus grand nombre afin de constituer un réseau de vente performant.

4) Le représentant indépendant de Qnet mène son activité à partir d’une plateforme de
commerce électronique. Il n’est nullement besoin de se déplacer d’un pays à un autre pour

mener l’activité. Toute personne majeure désireuse d’entreprendre grâce à l’opportunité
qu’offre QNET peut s’inscrire sur la plateforme aux moyens d’un ordinateur ou d’un
téléphone portable dotés d’une connexion internet.
Au surplus, le code de conduite de QNET qui en règlemente l’activité exige des représentants
indépendants qu’ils agissent dans le strict respect de la loi et des règlements en vigueur.
Ainsi le déplacement massif de personnes d’un pays à l’autre à l’encontre de ces lois et
règlements est strictement interdit par QNET.
QNET condamne vigoureusement tous mouvements illicites de capitaux, tous trafics illicites
de migrants, tous mouvements et regroupements clandestins et toutes manœuvres
frauduleuses de nature à porter atteinte à l’ordre public.
QNET réaffirme sa disponibilité à collaborer avec le Gouvernement guinéen pour le
dénouement de cette affaire. Elle a d’ores et déjà procédé à la fermeture de sa boutique en
ligne réservée à ses représentants résidents en Guinée suite à la décision du Gouvernement
d’interdire ses activités.

Biram FALL, Directeur Afrique sub-Saharienne, QNET