Manchester city women football team

Si près et pourtant si loin. Voilà qui résume bien la campagne de Super League féminine (WSL) de Manchester City pour la saison 2020/2021.

Heureusement, une nouvelle campagne vient de débuter. Et après quatre saisons consécutives à la deuxième place, on croit vraiment que cette année pourrait être l’année du retour du grand prix à l’Academy Stadium.

Il ne fait aucun doute que ce sera une saison difficile. Mais la démolition d’Everton par l’équipe lors de la première journée laisse penser que les Sky Blues chéris de QNET ont la capacité d’éliminer tout adversaire sur leur chemin. Ce n’est pas le seul signe positif, qui augmente les attentes des fans pour les mois à venir.

De l’expérience à revendre

Si Man City a perdu le formidable trio américain composé d’Abby Dahlkemper, de Rose Lavelle et de Sam Mewis au cours de l’été, l’équipe peut encore s’enorgueillir d’une multitude de talents. Parmi eux, les stars olympiques britanniques Steph Houghton, Lucy Bronze et Ellen White ainsi que l’attaquante canadienne Janine Beckie, médaillée d’or à Tokyo.

Certes, la défenseuse Bronze sera peut-être sur la touche pendant un certain temps en raison de son opération du genou. Mais Beckie est convaincue que l’équipe est redoutable et que l’expérience collective des joueuses aux Jeux olympiques ne peut qu’aider.

« Nous avons vraiment envie de gagner à nouveau des trophées… Nous allons courir après ces trophées et nous espérons que la confiance acquise lors du tournoi olympique pourra aider l’équipe », déclare-t-elle.

Une mentalité de gagnantes

Et ce n’est pas tout. Si City a manqué de peu le titre de champion l’an dernier, ses trois FA Cups sur les quatre dernières années prouvent qu’elle sait gagner. Cette année, l’équipe a également fait de belles additions à son effectif, et une nouvelle recrue en particulier pourrait servir de catalyseur à la marche de City vers le titre : la meneuse de jeu espagnole Vicky Losada.

Losada n’est pas un footballeur ordinaire. L’ex-capitaine du FC Barcelone est féroce, combative et a clairement fait savoir qu’elle avait l’intention de mener ses nouveaux coéquipiers à la gloire. Comme elle l’a dit juste avant d’arriver à l’Academy Stadium cette année : « Je peux les aider. »

La promesse de buts, de buts et encore de buts !

Cependant, toute l’expérience et la confiance acquises n’aideront pas le club à remporter des titres s’il ne peut pas marquer. C’est là qu’intervient la tireuse d’élite jamaïcaine Khadija « Bunny » Shaw.

Bunny est une machine à buts qui a terminé la saison dernière dans le championnat français avec 24 buts en 21 matchs pour Bordeaux. Elle admet, bien sûr, que la WSL représentera un nouveau défi, mais cette fan de longue date de Man City, qui a ouvert son compteur WSL avec un fabuleux but contre Everton lors de la première journée de la campagne 2021/2022, est déterminée à libérer la puissance de ses bottes.

L’entraîneur en veut plus

Et puis il y a le manager Gareth Taylor. Il est peut-être relativement nouveau dans le monde du football féminin, puisqu’il n’a pris les rênes de l’équipe qu’au milieu de la saison dernière. Néanmoins, l’ancien joueur du Pays de Galles et de Man City s’est toujours montré un tacticien avisé.

Son dernier poste, juste avant d’être nommé à la tête de l’équipe féminine, était celui d’entraîneur des moins de 18 ans de City, qu’il a mené à deux victoires consécutives en Premier League U18 Cup en 2019 et 2020.

Maintenant, un nouveau défi l’attend. Et le coach est motivé pour ajouter l’argent à son palmarès. Et à voir comment les étoiles s’alignent pour City – tant dans le ciel que sur le terrain -, cela pourrait bien arriver cette année.