mardi, décembre 6, 2022

Ils nous montrent la voie: 4 jeunes éco-guerriers dont nous pouvons tous tirer des leçons

Depuis des décennies, les scientifiques et les écologistes s’affrontent avec les dirigeants du monde entier pour trouver une solution à la crise climatique de la planète.

Le mois dernier, des chefs d’État, des experts et des personnalités du monde des affaires se sont rendus en Écosse pour des discussions cruciales lors du sommet COP26 qui vient de s’achever.

Pourtant, malgré toutes les promesses de réduction des émissions de carbone et de nettoyage de la Terre pour les générations futures, un mouvement de jeunes en a assez d’attendre que les adultes agissent.

Dans le monde entier, des jeunes ne se contentent pas de faire entendre leur voix, mais inspirent d’autres personnes, enfants et adultes, à prendre en charge l’avenir écologique de notre planète.

La Suédoise Greta Thunberg, qui a lancé les Vendredis pour l’avenir, est peut-être la plus connue de ces jeunes éco-guerriers. Mais il y en a beaucoup d’autres.

Comme les causes durables et vertes nous ont toujours tenu à cœur à QNET, et en l’honneur de la Journée mondiale de l’enfance, nous saluons ces quatre autres jeunes acteurs du changement qui s’efforcent de protéger notre Terre et de rendre notre planète plus vivable pour nous tous.

Elizabeth Wanjiru Wathuti, 26 ans

Kenya

Militante kenyane de l’environnement et du climat, Elizabeth Wanjiru Wathuti est une militante de premier plan qui encourage la participation des jeunes à l’action climatique. Elizabeth est la fondatrice de l’initiative Green Generation, qui grâce à une équipe de jeunes passionnés d’environnement oeuvre à renforcer la résilience climatique et développer les écoles vertes. Depuis son lancement en 2016, Green Generation Initiative a planté 30 000 arbres au Kenya, l’année même où Elizabeth a remporté le prix de la bourse d’études Wangari Maathai pour sa passion et son engagement exceptionnels en faveur de la conservation de l’environnement. Ce prix est décerné en l’honneur de la défunte lauréate du prix Nobel et de son modèle, le professeur Wangari Maathai.

L’initiative se concentre également sur l’écologisation des écoles, l’éducation à l’environnement, la lutte contre l’insécurité alimentaire par la plantation d’arbres fruitiers ainsi que l’inculcation d’une culture arboricole pour l’augmentation de la couverture forestière par le biais de la campagne « Adoptez un arbre ».

Vanessa Nakate, 25 ans

Ouganda

Défenseuse de la justice climatique, Vanessa Nakate était préoccupée par les températures élevées dans son pays. Inspirée par Greta Thunberg pour lancer son propre mouvement climatique en Ouganda, Nakate a commencé une grève solitaire contre l’inaction face à la crise climatique en janvier 2019. Pendant plusieurs mois, elle a été la seule manifestante devant les portes du Parlement ougandais. Finalement, d’autres jeunes ont commencé à répondre à ses appels sur les médias sociaux pour aider à attirer l’attention sur la situation critique des forêts tropicales congolaises. Nakate a fondé le Youth for Future Africa et le Rise Up Movement, basé en Afrique.

Nakate a lancé le projet Green Schools, une initiative en faveur des énergies renouvelables, qui vise à faire passer les écoles ougandaises à l’énergie solaire et à installer des fourneaux écologiques dans ces écoles. À ce jour, le projet a réalisé des installations dans six écoles.

6144 e1638698523324

Photo l The Guardian

Dans une interview de 2019 pour Democracy Now !, Nakate a exprimé sa motivation pour l’action climatique : « Mon pays dépend fortement de l’agriculture, donc la plupart des gens dépendent de l’agriculture. Donc, si nos fermes sont détruites par des inondations, si les fermes sont détruites par des sécheresses et que la production agricole est moindre, cela signifie que le prix de la nourriture va augmenter. Ce ne seront donc que les plus privilégiés qui pourront acheter de la nourriture. »

Adenike Oladosu

Nigeria

Baptisée « éco-féministe », Adenike est passionnée par l’implication des jeunes dans l’action contre le changement climatique. Oladosu a commencé à s’organiser pour l’activisme climatique après avoir commencé l’université. Elle a vu des agriculteurs et des bergers en colère parce que leurs terres devenaient plus arides et que d’autres communautés qui n’avaient jamais été confrontées à des inondations voyaient leurs terres agricoles balayées. La lecture du rapport spécial du GIEC sur le réchauffement climatique de 1,5°C l’a amenée à rejoindre le mouvement Fridays For Future. Elle a commencé à intervenir dans les communautés, les écoles et les lieux publics pour parler aux gens de la crise climatique. Elle les a encouragés à planter des arbres et à éduquer leurs pairs.

Elle a reçu le prix « Ambassadeur de la conscience » d’Amnesty International Nigeria pour son travail et son courage dans la lutte contre le changement climatique.

Nkosilathi Nyathi, 18 ans

Zimbabwe

nkosi vicfalls e1638698958899

Image UNICEF| 2020

Nyathi retrace son parcours d’activiste environnemental jusqu’au jour où il s’est levé avec conscience devant une décharge d’ordures aux chutes Victoria et a pris conscience des problèmes environnementaux dans sa communauté immédiate. Il a remarqué les effets du changement climatique après une sécheresse dévastatrice en 2019, qui a plongé 7,7 millions de Zimbabwéens dans l’insécurité alimentaire et 45 millions d’Africains du Sud dans la famine. Tous ces problèmes qui se manifestent dans sa communauté l’ont incité à commencer à enseigner le changement climatique à sa communauté et à appeler continuellement à la réduction des émissions mondiales.

Il plaide pour l’inclusion des jeunes dans le processus décisionnel en matière de changement climatique et estime que l’inclusion à des niveaux aussi élevés garantit un suivi et un changement visible.

Nkosilathi a reçu le titre de jeune ambassadeur climatique de l’UNICEF pour le Zimbabwe en 2015.

En février 2020, Nkosi a participé à la sixième session du Sommet régional africain sur le développement durable à Victoria Falls, en prononçant un discours d’ouverture passionné en présence de dirigeants mondiaux, dont la vice-secrétaire générale des Nations unies, Amina Mohammed, et le président Emmerson Mnangagwa.

« L’UNICEF travaille avec Nkosi et le soutient dans son activisme climatique depuis plusieurs années. Nous sommes fiers de faire partie de son parcours et nous sommes ravis d’officialiser sa nomination en tant que Jeune défenseur du climat de l’UNICEF « , a déclaré Laylee Moshiri, représentante de l’UNICEF au Zimbabwe. « Le changement climatique est un problème lié aux droits de l’enfant, et il est très important que la sensibilisation soit faite parmi les jeunes, par les jeunes, afin de susciter l’espoir d’un avenir meilleur – un avenir avec un environnement sûr et sécurisé. »

Dernières nouvelles
spot_img
Related news

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here